De la théorie de l’évolution des RP, Episode 1 : si on commençait par le commencement ?

Une petite republication pour commencer, texte parue le 6 février 2014 chez mon ami Stéphane Favereaux, Comm’Des Mots.

Depuis pas mal de temps déjà, on voit fleurir de grandes annonces de la part de grands experts à propos de la mort des relations presse… de leur évolution nécessaire, de la mort de ceux qui ne le feront pas…

Diantre ! Fichtre ! Je suis très inquiet. Suis-je en train de m’éteindre à petit feu face aux Nostradamus des RP ? Je pratique cette technique de communication depuis 23 ans et j’ai peur de mourir ! Il faut donc que je repense mon métier, que je m’adapte à la nouvelle donne et que je fasse une remise en cause globale… (et que je pense à mon testament ? )

Donc, comment vous dire mesdames, messieurs, au risque de choquer ? Je pense que les relations presse sont loin d’être mortes !

Oui, les médias vont mal ! Oui, les entreprises ont réduit les budgets. Oui, c’est la criiiiiiiiiiiiise (celle qui explique parfois et justifie souvent) !

socialmediatictactoe

Et bien justement, parce que c’est la crise, parce que les journalistes sur le carreau créent de « nouveaux médias » (sauf Libération ! ), parce que les entreprises sont bien conscientes que les relations presse sont moins chères, je ne pense pas mourir immédiatement. J’arrête donc mon testament pour le moment.

De quoi parle-t-on ?

Personnellement, je suis d’accord avec toutes les belles analyses de mes distingués collègues :

  • Les RP de papa, c’est fini…
  • Les médias sociaux sont importants…
  • On ne travaille plus comme avant…

Il fallait bien des experts pour le deviner et nous le dire. Je me sens apaisé.

Mon souci, c’est que les relations presse, c’est vaste. On ne travaille pas de la même façon pour tous les clients… On s’adapte en fonction des budgets, des objectifs, etc… Mais aussi, il nous faut savoir quelle est la taille de l’entreprise, la qualité de ses porte-paroles,…

Tous ces petits détails qui font que des indépendants, des groupes d’indépendants, de toutes petites agences, des agences indépendantes et des groupes de communications coexistent et arrivent encore à vivre…

Alors pourquoi je la ramène me direz-vous ?

Et bien, tout d’abord, je veux faire ma pub essayer d’expliquer aux clients – ou aux « bébés des RP » qu’ils embauchent à tour de bras comme Responsables des Relations Extérieures – que la révolution, c’était avant, oui avant, quand vous avez réfléchi (ou pas !) à comment faire !

Que la grande révolution dont tous les experts nous parlent, c’est tout bonnement utiliser les médias sociaux mais que cela ne change absolument pas la technique des relations presse !

Notre cible s’est élargie et nous oblige à faire notre boulot comme il faut !

Enfin, si j’ose dire, mon jeune collègue adoré, mon client chéri, il s’agit de :

– Comprendre ce dont on parle à un journaliste, blogueur, influenceur, free-lance, ou quel que soit le nom que l’on veut lui donner… ET être capable de donner des informations de base sur ce que l’on veut lui vendre ;

– Intégrer qu’un communiqué de presse est un outil, un repère pour le journaliste qui le reçoit et sûrement pas une œuvre littéraire (oui, je n’aime pas parler pendant 2 heures de l’emplacement des virgules !) et si les communiqués de presse se suffisaient à eux-mêmes, les parasites des RP à bas prix ou les automates de diffusion seraient les rois de ce métier ;

– Accessoirement, essayer de cibler son communiqué ou son information en vérifiant à qui on l’envoie !

– Comprendre que ce n’est pas parce que l’on demande aux attachés de presse d’utiliser les médias sociaux que cela les dispense de rencontrer les journalistes, c’est même le contraire !

– Qu’un tweet ou un post (oui à 46 balais, on sait aussi ce que c’est !) ne font pas une couverture médiatique !

– Arrêter de se masturber le cerveau avec des grandes théories : on nous demande d’intégrer les infos du client, de les adapter selon des cibles visées et de convaincre la personne en face !

– Et aider son client à vendre ou à valoriser ses actions en le plaçant là où il faut.

On a de nouveaux outils qui génèrent de nouveaux usages, on s’adapte, donc…

martine_attache_de_presse

Alors au risque d’en choquer plus d’un, je suis au regret de dire que la grande évolution dont on nous parle est de FAIRE SON TRAVAIL ! (c’est dingue ! ) et de le faire bien, avec ces nouveaux usages, non comme on l’aurait fait il y a 30 ans !

Ce ne sont pas les RP qui ont changé mais l’environnement dans lequel on les pratique. Il n’existe pas de RP digitales ou 2.0 (bullshit ou buzz word, vous choisissez)  mais des RP dans un monde digital…. pour paraphraser Clive Sirkin…

Un attaché de presse peut difficilement parler de blogueurs ou d’influenceurs s’il n’a même pas un compte actif sur au moins un des grands médias sociaux : de la logique pure !

Un attaché de presse doit créer, entretenir et faire grandir un réseau de journalistes pour ses clients : jusque-là rien n’a changé !

Un attaché de presse est un commercial de son client sur des cibles spécifiques et réduites ! Et c’est tout.

Ne confondons pas la technique et l’enrobage. Commençons par faire bien ce que l’on nous demande, après on pourra voir comment organiser cela.

La suite, prochainement, dans l’épisode 2.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.